Votre rubrique Parmi les saints : Mourchid Iyane Thiam

Par El-Badou Gning

Défunt Président de la Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire (Conacoc) dont il est l’initiateur, tel un roseau, Mourchid a résisté à toutes les controverses.

Ancien professeur et diplomate, ce brillant intellectuel a présidé cette Commission pendant 25 ans.
Entre Iyane Thiam et le croissant lunaire, c’est une vieille histoire.
En 1996, dans l’unique but d’unifier les familles religieuses du Sénégal, la création de cette commission a été bénie par tous les Khalifes généraux de l’époque.
Pour Mourchid, la priorité, c’était l’unité de la communauté islamique sénégalaise. Vraiment il a tout fait pour y parvenir.

Né en 1937, il n’était pas étranger dans le champ islamique qu’il connaît bien. Issu d’une famille omarienne. il a mémorisé le Coran à l’âge de 10 ans. Son père, rappelé à Dieu en 1947 s’était rassuré de la maîtrise du Livre Saint de l’Islam par son fils. Son état d’orphelin n’a fait que renforcer sa détermination. Très jeune, Iyane prit l’initiative de rejoindre Kaolack chez Mame Khalifa Niasse (père de feu Sidy Lamine Niasse pour entamer des études en sciences islamiques. Il a ensuite fréquenté le daara de son homonyme Ahmed Iyane Thiam à Saint–Louis pour ses études en sciences islamiques. Toujours habillé en tenue traditionnelle (kaftan ou grand boubou), ce vieux à la voix fluette est certes d’un commerce facile, mais cette ouverture ne signifie pas nécessairement une flexibilité.

PUBLICITÉ

L’homme à la barbe blanche bien taillée était d’un commerce facile, mais savait rester intransigeant sur les critères qui fondent ses décisions.

Il est rappelé à Dieu le 29 janvier 2021

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *