L’armée française s’octroie une « base militaire » à l’aéroport international Blaise Diagne de Diass (AIBD)

Photo de l’Escale aéronautique des Éléments français au Sénégal

L’Escale aéronautique des Éléments français au Sénégal, ouverte le 13 novembre dernier, n’est pas une base militaire proprement dite. Mais elle devrait permettre aux soldats français de disposer d’un point d’appui logistique et stratégique utile au Sénégal pour leurs opérations dans la sous-région ouest-africaine, notamment au Mali.

Les 400 militaires et civils qui constituent les Éléments français au Sénégal (EFS) ont désormais leur repaire à l’aéroport international Blaise Diagne de Diass (AIBD). Il s’agit d’une escale aéronautique dont l’espace a été inauguré le 13 novembre dernier. Entamée depuis plusieurs mois, la migration des EFS de l’aéroport Léopold Sédar Senghor (LSS) vers la nouvelle plateforme sénégalaise satisfait à « des sollicitations exprimées par la France et auxquelles le Sénégal a répondu favorablement », indique une source militaire sénégalaise contactée par le site d’infos russe Sputnik et ayant souhaité garder l’anonymat.

Une compensation pour la France

Pour Paris, cette acquisition compense également la cession aux forces américaines de la base aérienne de Ouakam.

PUBLICITÉ

« Avec la transformation de LSS en vrai aéroport militaire pour le Sénégal et vu que la totalité du trafic a été déroutée vers l’AIBD, les Français avaient urgemment besoin d’un nouvel espace pour continuer leurs opérations stratégiques et notamment en recherche-sauvetage. Mais les raisons géopolitiques restent déterminantes », précise la même source militaire.

Située non loin du pavillon présidentiel, l’Escale aéronautique des EFS dispose de son propre écosystème, dont un tarmac destiné à accueillir des aéronefs militaires français ou étrangers, un système de ravitaillement permanent des aéronefs, des lieux d’entreposage de matériel, des lieux d’approvisionnement, la possibilité de faire des réparations.

L’inauguration de l’Escale a provoqué quelques remous au sein de l’opinion sénégalaise. Ici, comme dans d’autres pays de la sous-région, la présence militaire française est loin de faire l’unanimité.

Source : sputniknews

Partager