UGB : Un cri du cœur à l’attention du CROUS…

Cette missive se veut un cri du cœur pour éveiller les consciences et faire détourner pour un moment les regards, au-delà du campus social universitaire sanarois.

Nous assistons, depuis un moment, à une série d’agressions des étudiants au sein même de l’université au niveau des zones dites isolées, et cela, avouons-le, dans une quasi-indifférence du CROUS qui depuis reste insouciant par rapport à ces ignominies. Pourtant, l’atteinte à la dignité humaine des étudiants, quelqu’en soit la cause, n’est pas un fait divers ou une banalité et mérite toute notre attention. Il s’agit de frères, de sœurs, de pères, de mères et de soutients de famille qui ont droit à la sécurité pour étudier dans les meilleures conditions paisibles et sereines. Je suis un étudiant et je souhaiterais voir mon garant en l’occurrence le CROUS, prendre toute sa responsabilité et les mesures idoines pour condamner plus vigoureusement ces assauts de personnes animées par l’instinct animal envers les étudiants que nous sommes..
Monsieur Papa Ibrahima Faye, la gravité de la situation impose, en tant que Directeur du Centre Régional Des Œuvres Universitaires de Saint-Louis et qui reconnaît que « le campus social est un espace de vie collective avec ses exigences en matière d’hygiène, de sécurité, de confort » une intervention de façon proactive et concrète pour faire cesser ce phénomène.
Aujourd’hui, face à ces agressions, plusieurs étudiants s’interrogent sur la pertinence de la présence des agents de sécurité du CROUS au sein du campus. Quelle est la posture de ces derniers à cette situation? Des mesures drastiques sont-elles envisagées ? Plus que jamais, il nous faut un climat de sécurité pour une parfaite jouissance de notre droit de se déplacer en toute tranquillité aux niveaux des UFR dans le cadre de nos révisions pendant la nuit et surtout pour nos sœurs qui sont les plus exposées. Je suis étudiant sanaroi, je veux demeurer en sécurité pour une meilleure concentration dans mes études. STOP AUX AGGRESSIONS AU CAMPUS UNIVERSITAIRE !!!

Par Abdou Karim KANDJI, étudiant à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis.

PUBLICITÉ
Partager