Parmi les Saints (83) : Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy ‘‘Al-Maktum’’

À la Une Religion

Le 29 décembre marque la naissance de Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy, Le guide spirituel qui a fait un parcours magnifique sur l’islam, au-delà de la considération tirée de son ascendance: descendant d’El-Hadji Malick Sy, de Tafsir Maba Diakhou Ba l’almamy du Rip et du Bour Sine Coumba Ndofène Diouf. Son influence dans les milieux musulmans sénégalais est le résultat de son itinéraire personnel.

Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy, un homme fidèle, un surdoué aux enseignement de son père Cheikhal Khalifa Aboubacar Sy.
Les contemporains de Cheikh Tidiane Maktoum à Tivaouane retiennent de lui « un apprenant surdoué « , un talibé qui récitait sans anicroche ses leçons alors qu’il revenait d’autres occupations pendant que ses camarades apprenaient. Déjà à l’âge de 14 ans, il a bouclé prématurément les cycles inférieur et moyen des études islamiques. A l’âge de 16 ans, il publie son premier livre :  » Les vices des marabouts « . Plus tard, il écrivit  » L’inconnu de la nation sénégalaise : El-Hadji Malick Sy « .
Cette précocité intellectuelle fait qu’il joue les premiers rôles dans l’entourage de son père. Aux toutes dernières années du califat de Serigne Babacar, Serigne Cheikh animait, sur sa désignation, le Gamou et il était l’interlocuteur des dahiras.

Ce guide de l’humanité que nous adorons réellement. Celui qui nous prodigua sa sagesse, pierre angulaire de notre religion. Celui qui nous révéla la vérité profonde dont nous nous inspirons pour redresser nos contre vérités, ce qui représente un immense intérêt ici bas et à l’au-delà.

Serigne Cheikh, c’est surtout la maîtrise de la parabole comme méthode d’éducation allusive. Il la couple souvent avec l’humour ou la dérision. « Tâchez-vous d’apprendre l’arabe classique, la langue du prophète qui est aussi celle de l’au-delà parce qu’on n’y parlera ni le français ni je ne sais quoi »

La douleur et la tristesse nous ont envahi dans la soirée du Mercredi 15 Mars 2017, date de son décès, à l’age de 92 ans.
Même outre-tombe, Al Mactoum continue d’étonner son monde.

Partager