Tivaouane : le Conseil départemental, une institution inefficace, méconnue et à auditer par l’OFNAC ?

A Tivaouane, les systèmes sanitaire, sportif et éducatif ont connu des difficultés. Tivaouane constitue l’un des départements les plus riches du Sénégal en ressources naturelles : nappes phréatiques proches, mer, soleil, vent, terres arables, zircon, phosphate, gaz et autres. A cela, s’ajoute sa stabilité, son rayonnement et son influence au plan international et géopolitique. Dieu a ordonné l’être humain ingénieux à bien dompter la nature étant sacrée pour mieux profiter de ses innombrables atouts incommensurables.

Tivaouane prône et espère la Nationalisation des entreprises telles que ICS, MDL (GCO), Tobéne Power et SEPHOS, dans l’intérêt exclusif de tous les sénégalais !
Tivaouane reconnait que la mise en œuvre de l’État fait partie des plus grandes parfaites illustrations de l’Intelligence humaine, depuis des siècles précédents. Par ingéniosité, l’Etat centralise, décentralise, déconcentre et prône la séparation stricte ou souple des pouvoirs dans le souci de préserver les libertés démocratiques inhérentes à la vie de tout un chacun. Aux yeux de Max Weber, « on doit concevoir l’Etat contemporain comme une communauté humaine qui, dans les limites d’un territoire déterminé,[…], revendique avec succès pour son propre compte le monopole de la violence physique légitime ». L’idéal c’est d’avoir un État incarnant de l’élégance politique. Cosmopolite, Philanthrope, Albert Einstein notre source d’inspiration était un féru de la démocratie. Il avait une vision positive concernant l’organisation et le fonctionnement de l’État car selon ce libre penseur solitaire et très critique, l’État doit rester un protecteur de l’individu. Ainsi, l’existence de l’État relève d’une importance capitale, voire une nécessité avec des lois permettant de cadrer la soumission des Hommes à une Autorité légale et légitime, idéalement. Pour rappel historique et politique, après l’acte 1 en 1972 et l’acte 2 en 1996, l’acte 3 de la décentralisation a été adopté au Sénégal depuis l’année 2013. Cet acte 3 érige les départements comme des collectivités locales administrées par un conseil départemental. En effet, l’objectif de cette réforme était non seulement de doter les collectivités locales de moyens, mais également de rapprocher les administrés de leurs élus. Maintenant, cette réforme majeure est devenue une réalité à travers les élections locales de 2014. Désormais, du point de vue institutionnel, le Conseil départemental constitue une instance décisionnelle ayant deux organes à savoir l’organe exécutif et l’organe délibérant. Apparamment, cet appareil si intéressant semble être méconnu et creux, surtout celui de Tivaouane. L’organe exécutif devrait pouvoir essayer de jouer pleinement son rôle afin de prouver sa raison d’être, sa pertinence pour un Tivaouane beaucoup plus prospère. Vous savez, le politique Albert Einstein notre référence exemplaire et source d’inspiration a toujours apporté sa pierre à l’édifice pour la postérité à laquelle il accordait un intérêt particulier. Son intelligence et sa politique ont beaucoup servi l’humanité, malgré les menaces de mort. « Toute ma vie, j’ai été déchiré entre les équations et la politique », disait-il pour montrer son engagement et son patriotisme, se manifestant comme un citoyen du monde. Aujourd’hui, avec les théories du « développement durable », la génération future est bien prise en compte. Quel est le budget annuel du Conseil départemental de Tivaouane ? Au vu de sa noble mission dévolue, quel est le bilan de ce fameux Conseil départemental concernant l’Hôpital, les élèves, étudiants ressortissants du département de Tivaouane, ainsi que les sportifs, depuis sa prise de fonction ? Le Conseil départemental joue-t-il noblement sa partition dans les initiatives citoyennes de développement, notamment chez les jeunes, espoir de demain, incontestablement ? Albert Einstein a toujours su éveiller la conscience universelle sur la valeur à accorder à la jeunesse : « le mot « progrès » n’aura aucun sens tant qu’il y aura des enfants malheureux. » Alors, que compte faire le Conseil départemental sur le problème de la route de Mboro dégradée ? Est-ce que réellement le Conseil départemental assiste les jeunes à intégrer les entreprises se trouvant au sein du département de Tivaouane, telles que ICS, MDL (GCO), SEPHOS etTobéne Power ? Du point de vue juridique, on peut évoquer la loi portant Code général des Collectivités locales : « Article 306 : le département reçoit les compétences suivantes : la gestion et l’entretien des hôpitaux niveaux 1 et 2. Article 308 : le département reçoit les compétences suivantes : la réalisation, la gestion et l’entretien des infrastructures sportives et socio-éducatives à statut départemental; la réalisation, la gestion et l’entretien des infrastructures à statut départemental. Article 312 : le département reçoit les compétences suivantes : la construction, l’équipement de lycées d’enseignement technique et lycées professionnels; l’équipement et l’entretien des lycées et collèges d’enseignement général; l’allocation de bourses et aides sociales; la promotion du partenariat école/entreprises. Article 318 : soutien à l’action des communes en matière d’urbanisme et d’habitat. » L’application de pareils articles demande des sacrifices. C’est par la volonté inébranlable accompagnée de méticulosité, de diplômatie et de simplicité que Albert Einstein a réussi à contribuer courageusement à solutionner la 2nde guerre mondiale, le problème universitaire de son peuple, la ségrégation raciale aux USA pourvoyeurs de la démocratie.

De surcroît, il faut dire que l’État, via la Constitution, Charte fondamentale, établit des lois qui sont au-dessus de tous les citoyens, sans exception et accorde à ces derniers le droit de rechercher des informations fiables sur la Gestion et la Transparence des affaires d’une institution pour acquérir des vérités dépourvues de toute subjectivité. A cet effet, l’OFNAC se présente comme une juridiction s’inscrivant dans le cadre des enjeux liés à la transparence et à recevabilité dans la gestion des affaires publiques. En fait, l’OFNAC a remplacé la CNLCC Commission Nationale de Lutte contre la Non Transparence (…), mise en place depuis 2003. Selon l’article premier de la loi n° 2012-30 du 28 décembre 2012, à l’initiative de son Excellence, Président de la République du Sénégal, l’OFNAC constitue « une autorité administrative indépendante(…) ». L’article 3 dit : » l’OFNAC est notamment chargé : de formuler, sur demande des autorités administratives, des avis sur les mesures de prévention ». Article 12 : » l’OFNAC se saisit d’office (…) par toute personne physique ou morale« . Par conséquent, nous demandons solennellement l’audit du Conseil départemental de Tivaouane par l’OFNAC. Il convient de préciser que l’appel à l’audit du Conseil départemental par l’OFNAC ou même l’IGE, ne devrait pas pouvoir susciter une avalanche d’interprétations négatives pour la bonne et simple raison qu’il ne s’agit pas de culpabiliser, d’accuser, d’incriminer ou de porter atteinte à la dignité d’un citoyen. Cependant, cela entre dans le cadre des règles de la « gouvernance sobre vertueuse », ce fameux slogan tant chanté par nos dirigeants. Réformer ou améliorer l’organisation et le fonctionnement du Conseil départemental, ne serait-il pas dans l’intérêt de Tivaouane ?

Hadji Mayel SECK, petit fils de Mame Khady LO RTA, talibé et disciple d’Albert Einstein.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *