Image d'illustration Scandale Dirty Diesel au Sénégal.

Scandale – Dirty Diesel : Le gouvernement du Sénégal traduit devant la Cour de justice de la CEDEAO

Actualité

Pourtant interdit en Europe, du Diesel à haute teneur en soufre a été vendu au Sénégal et dans plusieurs autres pays africains (Angola, Bénin, Congo, Côte d’Ivoire, Ghana, Mali et Zambie) par des négociants suisses que sont les groupes Vitol, Trafigura, Addax & Oryx (AOG) et Lynx Energy ULC (Lynx).

D’après les informations relayées par le quotidien Libération, l’ONG suisse Public Eye a découvert dans une station-service sénégalaise de l’entreprise Vitol du diesel comprenant 2940 parties par million (ppm), alors que la norme est de 10 ppm.

Une grave découverte qui a poussé la Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH) a déposé une plainte devant la Cour de justice de la CEDEAO contre l’État du Sénégal. La LSDH reproche au gouvernement sénégalais de « n’avoir pris aucune mesure visant à interdire l’importation dudit carburant à haute teneur toxique ». « Les négociants suisses ne se contentent pas de vendre du diesel et de l’essence toxique, ils les fabriquent à dessein afin de créer ce que l’industrie appelle « la qualité africaine » », ajoute la LSDH.

Partager