La guerre au Soudan : entre rivalité militaire et une crise humanitaire sans précédent (Par Hassan Ahmat Abdallah)

La situation géopolitique de la guerre au Soudan entre les deux généraux a eu de graves conséquences pour la population civile. Cette guerre, qui a éclaté il y a 15 mois, a été marquée par des affrontements violents et des violations massives des droits de l’homme.

Les deux généraux( Abdel Fattah al-Burhan et Mohamed Hamdan Dogolo dit Hemeti ), qui cherchent tous les deux à prendre le contrôle du pays, ont mobilisé leurs forces et formé des milices pour combattre leurs adversaires. Les affrontements ont eu lieu dans différentes régions du Soudan, entraînant la destruction de villages entiers, le déplacement massif de populations et des pertes humaine considérables.
La population civile a été la plus touchée par cette guerre. Les civils sont pris au piège entre les combattants, subissant des violences, des enlèvements, des viols et des pillages. Les infrastructures essentielles telles que les écoles, les hôpitaux et les marchés ont été détruites, ce qui a rendu l’accès aux services de base extrêmement difficile pour les civils.
De même, le rôle des puissances étrangères et des acteurs régionaux à compliqué davantage la situation. Des pays étrangers ont des intérêts stratégiques au Soudan et ont parfois soutenu les différentes factions pour servir leurs propres intérêts géopolitiques. Cette ingérence extérieure a non seulement fourni des ressources militaires et financières aux belligérants, mais a également internationalisé le conflit, rendant toute résolution encore plus complexe.
Cependant, la guerre a entraîné une crise humanitaire majeure. Des millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays ou ont fui vers les pays voisins comme le Tchad et l’Égypte à la recherche de sécurité. Ces déplacements massifs ont créé des camps de réfugiés surpeuplés, où les conditions de vie sont précaires et les besoins humanitaires sont énormes. L’accès à l’eau potable, à la nourriture et aux soins de santé adéquats est limité, ce qui a entraîné une augmentation de la malnutrition et des maladies. Comme l’a déclaré la Représentante du HCR au Tchad Laura Lo Castro.《Avec un nombre croissant de réfugiés soudanais dans les zones frontalières, des problèmes de santé de plus en plus importants, une escalade des incidents de sécurité et l’imminence de la saison des pluies, une action immédiate est nécessaire 》.
De cefait, la guerre a eu un impact économique dévastateur. Les combats ont perturbé les activités agricoles et commerciales, entraînant une diminution de la production alimentaire et une augmentation des prix des denrées de base. Les civils ont perdu leurs moyens de subsistance, augmentant ainsi leur vulnérabilité et leur dépendance à l’aide humanitaire.
Les pourparlers et les négociations internationales vivant à ramener la paix au Soudan ont été le théâtre de divers initiatives et efforts diplomatiques, impliquant une multitude d’acteurs et des pays. Sous l’égide des États-Unis et de l’Arabie Saoudite, des discussions ont eu lieu pour faciliter le dialogue entre le gouvernement soudanais et les Forces Général Mohammed Hamdan Dogolo dit Hemeti. Ces efforts ont souvent été soutenu par des pression internationales visant à mettre fin au hostilités et à travers des solutions politiques durable pour le conflit. La conférence humanitaire sur le Soudan, tenue à Paris, à servi de plate-forme cruciale pour mobiliser un soutien financier et politique en faveur des populations déplacées et des efforts de reconstructions post-conflit. Les engagements pris lors de cette conférence visaient à soulager les souffrances humanitaire immédiates tout en posant les bases d’une paix durable à travers des initiatives de développement économique et social.
Malgré tous ces efforts, parmi tant d’autres, le chemin vers une paix durable au Soudan reste sème d’obstacles complexes. Ce qui fait dire à certains que  » des initiatives diplomatiques en pagaille mais aucun accord de paix durable à l’horizon au Soudan « .
En somme, la situation actuelle au Soudan, marquée par une guerre prolongée et dévastatrices, est le résultat de multiples facteurs complexe et historiques. Ces éléments ont alimenté des violences, entraînant des pertes humaines massives, des déplacements forcés de millions des personnes et des violations flagrantes des droits de l’homme. Les acteurs impliqués, notamment les forces gouvernementales, les forces des soutiens rapides, les groupes ethniques armés et les acteurs régionaux, ont tous contribué à l’escalade du conflit par des actions militaires, des ingérences extérieures et des manœuvre politique visant à maintenir ou à étendre leur influence.
Malgré les efforts de médiation internationale et les initiatives de paix en cours, les progrès vers une résolution durable demeure limités. Les divergences profondes entre les factions en conflit, les rivalités personnelles entre les leaders militaires et politiques, ainsi que l’ingérence continue de certains États voisins compliquent les efforts pour parvenir à un accord de paix complet et durable.
La communauté internationale doit redoubler d’efforts pour mettre fin à cette guerre et aider à reconstruire le pays afin de soulager les souffrances de la population civile.

HASSAN AHMAT ABDALLAH
Étudiant en Master 2 Science Politique Paix et Sécurité Internationale à l’université Gaston Berger de Saint-Louis/Sénégal.

Partager

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.