L’État menace de dissoudre le Pastef, suite à sa campagne de collecte de fonds

Antoine Diome

Le ministre de l’Intérieur met en garde Le Pastef de Ousmane Sonko après le lancement, sur les réseaux sociaux, d’une campagne internationale de levée de fonds (Nemmeeku Tour) en vue de « mettre à la disposition de Pastef-Les Patriotes et de son président, le Président Ousmane Sonko, les moyens d’aller à la rencontre des Sénégalais des villes et des villages les plus reculés du Sénégal ».

Dans un communiqué, Antoine Diome précise qu’il s’agit là d’une « violation de l’article 3 de la loi no 81-17 du 6 mai 1981 modifiée par la loi no 89-36 du 12 octobre 1989 » portant sur les ressources dont peuvent bénéficier les partis politiques.

Ousmane Sonko risque de voir sa formation politique dissoute. Car, « tout parti politique qui reçoit des subsides de l’étranger ou d’étrangers établis au Sénégal s’expose à la dissolution, conformément à l’article 2 alinéa 4 de la loi de 1981 susmentionnée », souligne le document que nous vous livrons in extenso.

Document communiqué du ministre de l'Intérieur sur le financement des partis politique.

PUBLICITÉ
Partager