Warning: sprintf(): Too few arguments in /home/ngch0001/public_html/wp-content/themes/covernews/lib/breadcrumb-trail/inc/breadcrumbs.php on line 254

« Les migrants ne font que suivre les poissons vendus à l’UE » affirme Guy Marius Sagna

Photo de Guy Marius Sagna avec le collectif 480 Dafa doy lors d'une marche à Dakar.

L’émigration clandestine prend de plus en plus de l’ampleur et a coûté la vie à près de 500 personnes en l’espace de quelques semaines. Mais malheureusement, cela ne décourage pas les candidats. Ces derniers veulent coûte que coûte rejoindre l’Europe au péril de leur vie (Barca wala barsakh).

Pour dénoncer cet état d’esprit des jeunes, Guy Marius Sagna tire sur le gouvernement de Macky Sall et interpelle aussi les familles. Non sans dénoncer une certaine « pression sociale ».

« Nous sommes tous responsables », a-t-il décrié, ce samedi, lors de la marche silencieuse du collectif « 480 Dafa doy» (ça suffit) non à l’émigration irrégulière, regroupant plusieurs organisations. Il appelle à combattre les causes du phénomène qui a fini de prendre de l’ampleur, décimant la jeunesse africaine en général et la jeunesse sénégalaise en particulier.

Selon Guy Marius Sagna, les migrants ne font que suivre les poissons vendus à l’Union européenne (UE), les flux financiers illicites gardés dans les comptes en banque suisse, entre autres.

PUBLICITÉ

Quant aux solutions au phénomène de l’émigration, Sagna affirme que « Si l’on veut lutter contre l’émigration irrégulière, il faut traiter le mal par la racine. La plus grande responsabilité est celle de nos autorités, mais interpellons également nos familles. Elles ont hâte de posséder le dernier iPhone (entre autres), faisant subir une énorme pression aux autres membres de la famille. Dans nos familles, ceux qui ont de l’argent sont mieux considérés. Un chômeur n’a pas son mot à dire. C’est de la pression. Voilà comment on assassine socialement le peuple sénégalais avant de l’assassiner physiquement dans la mer méditerranée, dans l’océan Atlantique, et dans le désert du Sahara. Il faut que nous revoyions nos comportements », a regretté l’activiste.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *