Pr Mame Ousmane Ndiaye

Pr Mame Ousmane Ndiaye recadre sévèrement le Dr Ahmed Lô et appelle à la riposte…

À la Une Religion

Dans l’émission Ma’idatoul Hour’ane de ce Vendredi 5 Novembre 2021 sur Asfiyahi Tv, le professeur Mame Ousmane Ndiaye est largement revenu sur l’affaire Dr Ahmed Lô et son offensive contre le Soufisme et les confréries du Sénégal.

Pour Mame Ousmane NDIAYE, quand une telle situation se pose, il faut d’abord se départir de la pensée unique. Éviter de contrecarrer l’autre à partir de préjugés et d’idées reçues, mettre en second plan ce terrorisme intellectuel consistant à rejeter tout ce qui vient de l’altérité sans au paravant se soumettre à la recherche et au débat scientifique. C’est pas honnête pour qui que se soit de juger l’autre sans science, sans analyse scientifique et bien construite.
Les obstacles épistémologiques et les biais de confusion sont à éviter. Qui écrit, qui prend la parole sur l’espace public, s’expose à la critique ; nul ne peut s’en passer. Il ne s’agit plus d’exercer delà violence physique ou intellectuelle, mais plutôt de communiquer, un changement de paradigme s’est opéré il y a longtemps sur le plan international. La guerre est obsolète, elle n’a plus sa place du point de vue de la pratique diplomatique. En ce sens, il faut recourir à la réflexion scientifique, au débat d’idées et changer de cap.
A Mame Ousmane Ndiaye d’ajouter qu’il faudrait rejeter toute considération selon laquelle tous ceux qui n’appartiennent pas au Wahhabisme est un pécheur et appartient au monde des impies. C’est un mensonge à sa plus simple expression.
Donc, il faut revoir la stratégie de défense de notre patrimoine soufi. Les guides religieux propagateurs ou initiateurs des confréries, à l’instar de Cheikhou Oumar Foutiyou Tall, El Hadj Malick Sy et Cheikh Ahmadou Bamba, ont longtemps travaillé et se sont beaucoup investi, en toute persévérance, sur la préservation de la religion musulmane, sur sa propagation à travers l’Afrique et le monde entier, dans un contexte très difficile de conflit avec le colonisateur.
Selon le professeur, Le Dr Ahmed Lo, dans sa stratégie, s’est longtemps retiré de l’espace médiatique pour mieux asseoir une politique de résistance et d’attaque. On doit répondre avec stratégie, dans un cadre réfléchi, car nul ne doit et ne peut décredibiliser le travail de nos illustres soufis et musulmans accomplis. L’appel du Docteur au Grand théâtre a été bien réfléchi et il a voulu faire une démonstration de force et montrer au monde entier sa capacité de mobilisation. Ils ont longtemps rejeté le modèle « Serigne/Talibé », mais en réalité Dr Ahmed Lô est le « Serigne », le guide qui incarne la bonté, le pieux, tenant ainsi, à ses ordres des « Talibés ibadous » qui lui retournent soumission et admiration. L’objectif, c’est ainsi faire face aux confréries. Il s’agit ensuite pour le Docteur de montrer à l’Etat et aux politiques que l’électorat tant escompté chez les confréries est aussi une réalité chez eux.
Dans son analyse, Mame Ousmane Ndiaye recommande à la Oumah d’organiser la riposte, en associant les confréries dans les politiques publiques sécuritaires, les institutionnaliser et les mettre dans une situation de participation et de consultation quand il s’agit de prendre des décisions dans ce domaine. Le Sénégal est en train de dormir sur ses lauriers. La sous région est tombée donc le pays est menacé. Il urge d’asseoir une politique endogène de riposte et freiner des gens comme Ahmed Lo et leurs tentatives de décrédibiliser les confréries. Cette minorité salafiste prend de l’empleur, installe de la peur et constitue un danger pour la stabilité du pays : Il faut les arrêter.
Dans ce contexte, les « Chiit » sont également dans ce combat dans les coulisses, et il faut dès maintenant les arrêter. Enfin pour Mame Ousmane Ndiaye, il faut que nous jouons notre rôle en tant que soufis, travailler ensemble pour se constituer en rempart contre ces menaces. Une politique par le bas ferait l’affaire poursuit le professeur Mame Ousmane Ndiaye.


Asfiyahi.org

Partager