Urgent : Des agressions à l’arme blanche perpétrées ces derniers temps au campus social de l’université Gaston Berger de Saint-Louis, les étudiants crient au secours…

À la Une Actualité

Comme ce fut le cas il y a quelques mois, les agressions sont d’actualité à Sanar. La psychose s’installe de nouveau chez les étudiants. En effet, ce week-end, un étudiant s’est fait agresser et gravement blesser aux alentours du campus 2.

Entouré par ses pairs, l’étudiant a accepté de se faire filmer en vue de constater les dégâts. Victime, ce dernier a effectivement reçu un coup de poignard au niveau de l’épaule gauche. On dirait même qu’il s’est fait asperger de sang.
La recrudescence d’un tel phénomène inquiète dans le campus social. Leurs auteurs sont en train d’installer un climat d’insécurité total au sein de l’espace universitaire. Mais la question que les étudiants se posent est de savoir : qui aurait encore commis un tel acte ?
Au regard de leur mode opératoire, les agresseurs semblent être familiers de l’UGB. D’ailleurs, des étudiants se demandent s’ils ne seraient pas parmi les leurs. A cet effet, on pourrait s’interroger de l’efficacité des services du CROUS ayant pour mission d’assurer la sécurité des étudiants.
Pour rappel, les délégués des étudiants avaient beaucoup revendiqué certaines doléances portant sur le bien être de l’étudiant sanarois. Cependant, l’autorité universitaire a apporté quelques réponses. Mais force est de constater qu’il reste encore du travail à faire dans ce domaine. À ce sujet, le collectif des étudiants de Saint-Louis condamne la léthargie des autorités. C’est ce qui les a même poussé à décider, ce lundi 1er mars, de cesser toute activité pédagogique pendant 48h avant de décrété 72h de JST.
Si l’on suit bien les revendications des étudiants, un personnel de sécurité insuffisant et une couverture partielle des éclairages publics constitueraient des secteurs à revigorer à Sanar.

Cheikh T MBENGUE, Canalactu

Partager