Revue de la presse sénégalaise du mercredi 9 décembre 2020.

Revue de presse : L’audition d’Ousmane Sonko et la candidature de Macky Sall en 2024 mis en exergue (31 oct. 2022)

L’audition prévue jeudi de l’opposant Ousmane Sonko et la question de la candidature de Macky Sall à un troisième mandat sont les sujets les plus en vue dans les quotidiens de ce lundi 31 octobre 2022.

« Mobilisation des forces de sécurité pour l’audition prochaine de Sonko : état d’alerte », titre Bés Bi Le Jour, ajoutant que « les troupes [seront] déployées à partir de ce mercredi ».

Bés Bi Le Jour, comme d’autres journaux, s’est basé sur une note de service présumée provenir du Groupement mobile d’intervention (GMI) de la Police nationale.

«Si le juge ordonne le renvoi en jugement, le leader de Pastef pourrait être placé sous mandat de dépôt», ajoute-t-il.

Kritik’ affirme que «plusieurs signaux montrent que le dossier [Adji Sarr-Ousmane Sonko] est en voie d’être résolu, avec l’audition annoncée du maire de Ziguinchor, ce jeudi».

Adji Sarr, une jeune dame employée par un salon de massage, accuse Ousmane Sonko de l’avoir violée plusieurs fois et de l’avoir menacée de mort.

«En perspective de l’audition imminente du leader de Pastef, les forces de l’ordre sont en alerte maximale pour faire face aux éventuels débordements», note Tribune sur la base du document administratif du GMI.

« La fuite d’un document authentique et le gros malaise dans la Police», lit-on dans L’Observateur, qui ajoute : «La convocation d’Ousmane Sonko par le doyen des juges d’instruction dans le dossier de viol présumé sur Adji Sarr est agitée. Une note de service prévenant les troupes, faite par la Police nationale, a fuité. A partir du 2 novembre, les éléments du GMI devront rester dans les casernes jusqu’à nouvel ordre. »

Source A soutient que « jusqu’à hier soir, aucune convocation n’a encore été remise au leader de Pastef pour son audition dans l’affaire de viol présumé de l’ex-masseuse Adji Sarr ».

Mais une source judiciaire déclare à WalfQuotidien que «sa convocation est maintenue le jeudi 3 novembre ».

L’As s’est intéressé à «la grande offensive» menée par des alliés de Macky Sall, dont le ministre de l’Environnement, Alioune Ndoye, en vue de la participation de l’actuel chef de l’Etat à l’élection présidentielle de 2024 comme candidat.

«Constitutionnellement, a-t-il droit à une troisième candidature ? Selon ma lecture de cet article (l’article 27 de la Constitution), c’est oui. Il a ce droit. Mais je ne suis pas le Conseil constitutionnel», rapporte L’As en citant M. Ndoye.

«Grande offensive»

«Le professeur Mamadou Diouf récuse Macky Sall», lit-on sur la une de Sud Quotidien.

L’historien sénégalais, enseignant à l’Université Columbia (Etats-Unis d’Amérique), estime que «cette question a été définitivement réglée par les résultats des dernières élections législatives».

M. Diouf, qui parle ainsi de la question de la candidature de Macky Sall au prochain scrutin présidentiel, fait allusion à la quasi-égalité de sièges entre l’opposition d’un côté, Macky Sall et ses alliés de l’autre.

«Macky Sall a toutes les cartes en main pour faire le bon choix (…) S’il écoute [les] fous obnubilés que par leurs propres intérêts, il finira comme tous les affamés de pouvoir», avertit L’info.

« Qu’il brigue un nouveau mandat ou pas, c’est lui notre candidat pour 2024 », note Vox Populi en citant le ministre de l’Education nationale, Cheikh Oumar Anne.

Le Soleil évoque la visite au Sénégal du président du Comité international olympique, Thomas Bach. «Je suis vraiment content des progrès qui ont été faits», s’est-il réjoui après avoir visité les infrastructures en construction à Diamniadio (ouest) pour les Jeux olympiques de la jeunesse 2026 prévus dans cette nouvelle ville.

Le Vrai Journal estime que «le Code des marchés publics [est] en souffrance». Certaines autorités invoquent le «secret défense» pour contourner les règles de cet instrument de gestion publique, selon le journal.

EnQuête se préoccupe du sort de la loi sur le contenu local, qui exige l’implication de la main-d’œuvre locale dans la nouvelle industrie pétrolière et gazière du Sénégal.

«Malgré la loi sur le contenu local, les sociétés de placement préfèrent» les travailleurs étrangers aux «nationaux», selon le journal.

Libération et d’autres journaux annoncent une saisie record de 300 kilos de cocaïne transportés par un camion immatriculé au Mali. «C’est la plus grosse saisie de cocaïne par voie terrestre jamais effectuée par les douanes sénégalaises», déclare Libération.

Partager