Le patron traîne son comptable devant la justice pour escroquerie et réclame 2 milliards de francs CFA…

L’entrepreneur Serigne Mbacké Guèye et son gestionnaire financier, Ndiassé Diouf, ne sont plus en odeur de sainteté. Le patron accuse son employé de l’avoir arnaqué de plus d’un milliard de francs Cfa. D’après le plaignant, si le prévenu a créé des entreprises, c’est avec son propre argent.

A en croire M. Guèye, c’est dans le souci de le concurrencer que M. Diouf a abusé de sa confiance. Serigne Mbacké soutient que le prévenu était de mèche avec sa femme. Il était chargé d’assurer la gestion et la comptabilité de l’entreprise avec toutes les formalités. Ayant constaté que ses chiffres d’affaires avaient baissé, Serigne Mbacké Guèye n’a pas hésité à engager un audit.

Epinglé, le gestionnaire financier n’était pas en mesure de fournir le livre comptable pour convaincre de sa bonne foi. En fait, il lui est reproché d’avoir fait un mouvement de chèques clients portant sur 406 millions 507 mille 294 francs Cfa et d’autres mouvements constatés sur le compte de la société. Il a été aussi reproché à Ndiassé Diouf, durant la période 2017, 2018, 2019, des opérations de retrait estimées à 1,3 milliard de francs Cfa.
Interpellé sur ces transactions, Ndiassé Diouf était incapable de produire les pièces justificatives. C’est avec ces sommes qu’il aurait mis en place les sociétés Africa Gapasa et Stc (Sénégal trading company) et AB consulting. Les profils générés par ces sociétés ont été versés dans des banques de la place.

Ndiassé Diouf est attrait devant la barre pour «faux et usage de faux en écritures privées et blanchiment de capitaux». Des accusations qu’il a contestées avec véhémence. A l’en croire, il n’est pas signataire de chèque dans cette société.

PUBLICITÉ

Pour les conseils de la partie civile, le prévenu devait fournir les documents relatifs à sa gestion pour prouver son innocence. La partie civile a réclamé 2 milliards de francs de dommages et intérêts.
Après l’avoir relaxé du chef de blanchiment, le Parquet a demandé de déclarer Ndiassé Diouf coupable des autres infractions et de le condamner à 2 ans de prison ferme.
La défense, assurée par Me Abdoulaye Tall, se dit surprise de l’accusation contre le blanchiment. Estimant que l’accusation ne dispose pas de preuve, Me Tall a plaidé la relaxe de son client. La décision sera rendue le 25 mars prochain.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *