Washington impose des sanctions à la procureure de la Cour pénale internationale

Les Etats-Unis ont annoncé des sanctions économiques à l’encontre de deux membres de la cour pénale internationale dont la procureure Fatou Samoura.

Partager
Photo de Michel Pompeo.

Les États-Unis ont annoncé des sanctions économiques à l’encontre de deux membres de la Cour pénale internationale dont la procureure Fatou Bensouda. Des mesures « sans précédent et inacceptables », a déclaré le Président de l’assemblée des États parties de la Cour.

Deux membres de la Cour pénale internationale (CPI) sur la liste noire américaine. À deux mois de la présidentielle aux États-Unis, l’administration de Donald Trump a mis, mercredi 2 septembre, sa menace à exécution contre l’une des bêtes noires des conservateurs américains en imposant des sanctions économiques inédites à la procureure de la Cour pénale internationale.

 « Aujourd’hui nous passons de la parole aux actes », a déclaré le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, « car la CPI continue malheureusement de viser des Américains ».

Il a annoncé l’inscription sur la liste noire des États-Unis de la procureure Fatou Bensouda et de Phakiso Mochochoko, directeur de la division de la compétence, de la complémentarité et de la coopération de la juridiction qui siège à La Haye, aux Pays-Bas. Leurs éventuels avoirs aux États-Unis seront gelés et l’accès au système financier américain leur est barré.

 « Tout individu ou entité qui continuera à assister matériellement ces individus s’expose également à des sanctions », a prévenu Mike Pompeo lors d’une conférence de presse. « Nous ne tolérerons pas les tentatives illégitimes de la CPI pour soumettre les Américains à sa juridiction. »

Annoncées en juillet, les sanctions avaient déjà fait réagir la procureure. « Il s’agit d’une tentative d’ingérence dans le cours de la justice », avait alors dénoncé Fatou Bensouda, sur France 24.

Déjà engagé dans une offensive sans précédent contre la CPI, le président américain, Donald Trump, avait autorisé en juin des sanctions économiques contre ses responsables pour dissuader la juridiction de poursuivre des militaires américains pour leur implication dans le conflit en Afghanistan.       

Partager