Adji sarr

Affaire Adji Sarr : Le journaliste Pape Sané fait de terribles révélations sur les appels téléphoniques

À la Une Actualité

Le journaliste Pape Sané a fait des révélations sur l’enquête de la gendarmerie dans l’affaire Adji Sarr- Ousmane Sonko. Invité de Sunubuzz, le journaliste a estimé que la “réquisition des gendarmes pour confirmer ou infirmer la thèse du complot” n’a pas eu de suite. Le procureur de la République aurait opposé son refus selon Pape Sène. 

Le journaliste Pape Sané a noté deux faits qui donnent raison ceux qui soutiennent la thèse du complot dans l’affaire Adji Sarr- Ousmane Sonko. Le journaliste estime l’enquête pour la demande de protection de Adji Sarr a été bâclée et la réquisition des opérateurs annulée.

“Pourquoi le procureur de la République n’a va voulu que les opérateurs téléphoniques soient réquisitionnés pour infirmer ou prouver le supposé complot ? Il y a une réquisition de la gendarmerie. Pourquoi elle n’a pas eu une suite ? Pourquoi ont-ils bâclé le travail des enquêteurs en un seul weekend ?” s’est interrogé le journaliste.

D’après Pape Sané, pour la manifestation de la vérité, il ne doit pas y avoir de parti pris. Car il estime que “les services de sécurité que sont la police et la gendarmerie disposent suffisamment de moyens dans le cadre de la lutte contre la cybercriminalité pour savoir ce que bon leur semble. Elles sont capables de connaitre tout de tout le monde”. Le journaliste s’interroge sur les causes de leur absence dans l’enquête.

“Seule une personne bien placée peut supprimer l’identité d’une personne sur les réseaux sociaux. La procédure de demande de protection est longue. La Brigade d’intervention polyvalente (Bip) doit mener une enquête avec les Renseignements généraux. A l’issue de cette enquête un rapport est produit. Ce dernier regroupe toutes les informations à savoir sur la personne à l’autorité pour se décider.  Mais Adji Sarr a une bonne réponse au bout de 48 heures. Ceux sont 2 voitures pick up avec des policiers qui surveillent Adji Sarr aux frais du contribuable”.

Regardez la vidéo ci-dessous pour plus de détails.

Partager